• Audrey

Accident et Hospitalisation en voyage autour du monde.

Bali Accident et Hospitalisation

December 19, 2016


Petit billet pour ma Camille, petite force de la nature et première anesthésie générale.

Découverte du parcours santé sur les routes du monde et de notre couverture hospitalisation.


C’est une journée qui débute comme les autres, par une ballade sur la plage mais qui se termine à l’hôpital.


Notre petite fée a trébuché sur le bord de la piscine lors de notre pause déjeuné et s’est retrouvée à califourchon sur le rebord en ardoise : bilan le périnée est entièrement coupé de l’anus au vagin = 7 points de suture en interne et en externe. Direction le dispensaire de l’île qui nous envoie immédiatement sur l’île la plus grande et la plus proche « Lombok » pour notre prise en charge dans un hôpital international.


Ce post pour saluer ta force ma chérie, ta faculté à supporter le mal et ce courage qui ne t’a pas quitté pendant ces 24h à vagabonder de salle en salle, pour terminer au bloc opératoire.

C’est une maman fatiguée physiquement mais surtout psychologiquement qui écrit ces quelques mots en pleine nuit en regardant sa fille, son bébé, revenir de salle de réveil.

Ecrire pour soulager la peur, la peur viscérale qui me sépare de toi. Ce temps qui s’égrène à l’infini, mon regard se fixe sur le brancard face à moi pendant qu’on s’occupe de toi dans une des salles du bloc.


Je t’ai tenue la main jusqu’à ton sommeil, cette main toute lourde qui m’a fait comprendre que tu étais parti au pays des rêves. Au pays des dauphins, nageant avec eux tout en buvant du chocolat chaud, c’est ce que tu me raconteras de longues heures plus tard. Aurélie, ma sœur te fera une séance de kinésiologie à distance pour t’aider à faire de beaux rêves, ça marchera et tu en seras satisfaite.


Cette maman si forte qui prononcera « Be carefull » en sanglotant au moment de te quitter. Mes larmes couleront et masqueront ce trop-plein d’émotion que j’accumulais en moi depuis le midi. Il n’est pas évident de garder la face, le cap devant toi, devant les garçons. Là, seule dans cette immense salle, dans cet hôpital fantôme, où je ne vis aucun patient durant la nuit, j’avais besoin de ça, de ce sas de décompression, où je pouvais me laisser aller avant de te retrouver, de vous retrouver tous dans la chambre.


Qu’il est dur de te voir avoir peur toute la journée et parfois souffrir, c’est une supposition car tu ne t’es jamais plainte. Tel une petite guerrière de 7 ans, tu as pleuré lors de la chute, mais tu t’es relevée tu as marché et tu nous a dit que tu avais très mal. A partir de là, aucune petite larme n’a coulé sur tes joues ma princesse. Ni même lorsqu’il a fallu prendre le bateau pendant 30 minutes et que la mer était déchaînée. Ni quand le médecin t’a ausculté et a conclu que ton périnée était entièrement coupé à l’extérieur mais aussi à l’intérieur. Ni quand les infirmières se sont reprises à 2 fois pour te poser un cathéter sur la main pour la prise de sang et la perfusion. Ni quand, on t’a injecté des antibio en te faisant une nouvelle piqûre dans le bras. Tu avais peur mais on te rassurait et tu nous faisais confiance.


Avec papa nous avons essayé de ne pas te montrer nos peurs, nos angoisses de voir notre bébé avoir sa première anesthésie générale. Tes frères aussi, ont été impeccable, ils n’ont rien dit et ont joué avec toi afin que tu gardes le sourire. Ils étaient inquiets tes frères tu sais mais heureux d’être près de toi, de dormir avec toi dans ta chambre même si cela voulait dire par terre.

Le temps s’est selon moi figé, dans une lenteur infinie. 1h de taxi suite au bateau pour rejoindre l’hôpital, le chauffeur qui a un accident et qui fonce dans la voiture de devant, l’attente de 5h pour rencontrer le chirurgien gynécologue, l’attente de ton opération à minuit qui fut sans cesse décalée et ton réveil qui mis du temps à arriver. Le temps n’était donc pas mon ami mais j’essayais de l’amadouer en pensant à toi, mon petit ange.


Ma Camille, tu as gardé ta bonne humeur, même sur un lit d’hôpital, ou 10 min avant ton opération en pré op, tu m'as dit « c’est vraiment pas drôle d’être cul nu toute la journée ».


Ma crevette, tu m’as impressionnée, tu m’as scotchée par terre telle une force incroyable. Jamais je n’aurais cru que tu serais capable de franchir toutes ces étapes de grandes personnes avec bravoure. Je t’aime ma puce, mon bébé d’amour.


Cette longue journée s’est bien achevé, tu t’es réveillée en voulant manger le snickers qu’on t’avait promis et tu es ensuite retourné au pays des rêves jusqu’à notre départ ce matin très tôt de l’hôpital.

Nous mesurons aussi la chance qu’on a eu que ce jour-là, ma petite maman ne travaillait pas. Elle a pu à plusieurs reprises dans la journée être notre intermédiaire avec Chapka, notre assureur voyage. Merci 1000 fois d’avoir été là.

Nous mesurons également l’importance d’une bonne assurance santé. Nous n’avons rien déboursé car les frais ont été réglés par l’assurance, ce qui nous a enlevé une sacrée épine du pied car 1000 euros cela commence vraiment à peser dans un budget, même si coté santé aucune économie ne sera réalisée. L’hôpital de Lombok était très bien, nous avons été extrêmement bien pris en charge, par une équipe d’une gentillesse infinie mais aussi très professionnelle. Il semblait cependant très désert, tout neuf, mais sans doute beaucoup trop cher pour la majorité des indonésiens.

Je relativise aussi, je sais que rien de vitale ne pouvait lui arriver, mais l’inquiétude était là, je ne voulais pas qu’elle souffre, qu’elle ai peur, je me devais d’être son roc, son tuteur pour l’aider à traverser cette épreuve et au final, elle n’a pas eu vraiment besoin de moi, de nous, elle a été juste elle : une petite Camille incroyable.

Je t’aime mon ange, je vieille sur toi. Maman.





#chapka #assurance #accident #bali #indonesie #lombok #tdmenfamille

Audrey

Je suis Audrey, une maman qui adore les défis, sa famille, voyager, échanger, découvrir le monde et son métier.

Suivez la tribu

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Icône YouTube